Facebook, 4 octobre 2021 : une panne politique

Le 4 octobre 2021, Facebook et toutes ses plateformes (dont Instagram et WhatsApp) ont disparus d’Internet pendant presque 7h. L’existence de cette panne et sa durée exceptionnellement longue sont la conséquence de décisions politiques.

De nombreux médias ont déjà expliqué la panne en détails et ce n’est donc pas l’objet de ce billet, mais il nous est tout de même nécessaire pour contextualiser notre propos de faire quelques rappels.

Un réseau est un ensemble de machines connectées entre elles, et qui, à l’intérieur de ce réseau, savent comment s’adresser les unes aux autres. Internet est, comme son nom l’indique, un réseau de réseaux. Il est pensé pour être résilient. Cette résilience passe par une architecture décentralisée : il n’y a pas d’entité centrale qui joue le chef d’orchestre pour décider de qui peut être sur le réseau, ni des chemins que peuvent prendre les données qui transitent dessus.

Les différents réseaux d’Internet parlent entre eux à l’aide du protocole BGP (border gateway protocol). Avec, chaque réseau annonce régulièrement à ses voisins les adresses des machines auxquelles il permet d’accéder, que ce soit en interne ou même via un autre réseau voisin qui lui a communiqué les adresses de ses machines à lui. Ainsi il y a (presque) toujours plusieurs chemins possibles entre deux machines, et si l’un est cassé on peut passer par un autre.

C’est suite à une annonce BGP erronée que Facebook a disparu d’Internet : ses réseaux voisins ne savaient plus comment s’adresser aux machines de Facebook, et ne pouvaient donc plus le permettre à leurs utilisateurices, ni à leurs propres réseaux voisins, et ainsi de suite.

La panne du 4 octobre 2021 est un symptôme du phénomène qu’on appelle la « contraction » d’Internet. C’est à dire une forme de « recentralisation ». On sait que comme les autres capitalistes de surveillance, Facebook cherche à enfermer ses utilisateurices dans son écosystème. Mais au-delà de ça, il semble que même les choix techniques de l’entreprise sont en partie guidés par cette idéologie de contrôle centralisé : le géant Facebook ne repose que sur un seul réseau !

Même en restant une plateforme centralisée, Facebook pourrait tout à fait reposer sur une architecture décentralisée telle qu’Internet est pensé. Elle serait alors composée d’un ensemble de réseaux (tous contrôlés par l’entreprise) reliés directement entre eux, et qui participent conjointement à Internet. Non seulement la panne du 4 octobre 2021 aurait vraisemblablement été cloisonnée à un seul de ces réseaux, mais elle aurait aussi pu être bien plus vite réparée : un autre réseau de Facebook qui fonctionne encore aurait pu faire les annonces BGP nécessaires à corriger l’erreur diffusée. Au lieu de ça, Facebook s’est retrouvé coupé du monde, sans aucun moyen immédiat de corriger son erreur.

Au-delà de son architecture interne, la contraction opérée par Facebook est telle que la panne, en plus des différentes plateformes du groupe, a impacté tout un tas de plateformes tierces qui dépendent de leurs services comme « se connecter avec Facebook » par exemple. Sans parler du surplus de trafic lié à la gestion des erreurs qui a pu provoquer des ralentissements du réseau.

Décidément, on n’insistera jamais assez sur l’importance de la décentralisation.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://p4bl0.net/trackback/3