Pirates de tous les pays

Un très court billet juste pour tenter de vous donner envie de lire un de mes bouquins préférés, à la façon d’une courte recommandation de presse :

Vous avez en tête cette image d’un pirate avec une jambe de bois et un crochet à la place d’une main, et pourtant de personne d’autre dans cet état à la même époque ? C’est normal : au début du 18ème siècle, la norme, c’était plutôt de ne pas survivre à ce type d’accident… Sauf que les pirates, ils avaient déjà inventé la Sécu !

Dans Pirates de tous les pays, Marcus Rediker nous fait partir à la découverte des légendes, des idéaux, et surtout des pratiques concrètes des équipages pirates, qui comptent parmi les premières sociétés organisées anti-étatistes, internationalistes, égalitaires, anti-autoritaires, et autogestionnaires.

Ce voyage dans l’âge d’or de la piraterie atlantique (1716–1726) est d’autant plus appréciable que le livre réussit à avoir la rigueur d’un travail universitaire (grâce au journaux de bord et aux minutes de procès en particulier, tout est sourcé !), tout en restant très accessible au grand public. Un avantage conservé dans la très bonne traduction française proposée ici par les éditions Libertalia.